Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

Entre communautarisme et citoyenneté

Article extrait du dossier de la Presse protestante régionale L'Etat face aux religions Avril 2005
Paru dans : VOIX PROTESTANTE n° 295, ENSEMBLE (Sud-Ouest) n° 201, RALLIEMENT PROTESTANT n° 522, ECHANGES n° 294, REVEIL n° 362, CEP n° 474. Voir aussi : CONSTRUIRE ENSEMBLE n° 72, FRATERNITE EVANGELIQUE, n° 4. 

Ce que je constate aujourd'hui,
c'est un durcissement du débat sur la laïcité
qui n'est pas là où on croit.
 

Entretien avec Leila Hamrat, Pasteur à Paris-Batignolles, propos recueillis par Daniel Cassou

La question de la laïcité est essentiellement abordée par le biais de son histoire et les conditions difficiles de son élaboration en 1905. Aujourd’hui, les partisans de la laïcité ont une position plutôt intransigeante, privilégiant une approche plus idéologique que pragmatique. Cette crispation identitaire apparaît dans des tracasseries administratives et se situe dans un contexte de sécularisation accrue et de manque de repères. Pourtant, et ce serait un parti pris de bien mauvaise foi, que de ne pas reconnaître, qu’aujourd’hui, ce sont prioritairement les Eglises et les associations qui créent du lien, proposent du « sens » dans la société française. Qui accueille les chômeurs, les sans-abris, les demandeurs d’asile dans le XVIIème arrondissement ? Les Eglises et la Cimade. Les pouvoirs publics sont pris dans cette contradiction : marginaliser les Eglises de l’espace public mais compter sur elles pour raccommoder un tissu social perforé.

La société française se ment à elle-même en ne percevant que l’aspect idéologique et négatif de la religion. Rappelons tout de même que dans l’univers marchand et nivelant qu’est devenue notre société, l’Eglise reste l’un des derniers lieux de gratuité et de pluralisme.

Dans sa revendication de neutralité à tout prix, la laïcité à la française est une aberration sur un plan philosophique ; elle réduit l’homme dans sa quête de sens à un individu unidimensionnel : l’homos consummatus. La consommation ne saurait pourtant définir l’essence de l’individu, ni constituer un projet de vie et encore moins répondre à tous les besoins humains.

De mon expérience en Angleterre, j’ai constaté de multiples fois que sur les questions de société, les débats télévisés à la BBC invitent sans complexes théologiens, sociologues, philosophes. En France dans une émission d’actualité, cela est impensable ! C’est perçu comme une trahison du principe de laïcité et de neutralité. La question du voile en Angleterre ne se pose pas, car chacun a la liberté de porter un foulard, une kippa ou un turban pour les sicks. Il n’est pas rare de voir un policier qui porte un turban à la place du traditionnel casque. Il y a aussi des femmes voilées dans la fonction publique comme dans le secteur privé.

L’idéal républicain français qui envisage plus l’assimilation que l’intégration a prouvé la faillite de ce modèle. C’est un échec tout particulièrement chez les jeunes naturalisés pour qui l’accès à l’emploi ou aux études reste problématique.

Le communautarisme en Angleterre permet aux différentes communautés culturelles et religieuses de vivre de manière équilibrée. Il joue parfois le rôle de cocon. Dans le système économique, les critères de compétence professionnelle priment sur ceux relevant de l’appartenance ethnique. On le constate dans tous les secteurs d’activités.

La loi sur le voile est pour ma part une atteinte à la liberté individuelle qui révèle un manque de confiance envers les individus et traduit un réflexe - bien français – le recours à la loi pour préserver une identité menacée. Cette initiative autoritaire représente non seulement une atteinte à la liberté individuelle mais renforce les crispations identitaires.

La conception française de la laïcité est révélatrice d’une fragilité sociologique de notre modèle républicain et d’une méprise. La société française a peut-être parié trop vite sur la disparition du fait religieux sans prendre en compte, la quête de sens, la soif de religieux des citoyens. Si les protestants sont attachés à la laïcité en tant que minorité, ils souhaitent une laïcité respectueuse et ouverte.