Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

La laïcité, condition du vivre ensemble

(2006) (dossier mis à jour en 2012)

Introduction : Laïcité et protestantisme

par Jean Baubérot, titulaire de la chaire d’histoire & de sociologie de la laïcité à l’Ecole pratique des hautes études

Les protestants français ont une responsabilité particulière concernant la laïcité. Ils ont été, à plusieurs reprises, dans leur histoire, victimes de l’intolérance politique et religieuse. Cette expérience les a conduit à devenir co-auteurs de la construction de la laïcité, lors de la laïcisation de l’école publique (1882) et de l'adoption de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat (1905) où des personnalités protestantes ont joué un rôle clef. Aujourd’hui la grande majorité des associations cultuelles créées conformément à cette loi appartiennent aux cultes protestants. Enfin, le protestantisme est une religion laïque (= il n’existe aucune distinction d’essence entre clerc et laïcs), une confession chrétienne et, en France, une minorité religieuse ce qui le place à un carrefour en matière de laïcité.. Celle-ci consiste, selon nos concitoyens 1, en 3 éléments :

- l’égalité entre les différentes religions

- la liberté de conscience et sa pratique sociale

- la séparation du politique et du religieux.

Parfois nous assistons à des tentatives de réofficialisation feutrée de certaines religions, de limiter la liberté de conscience ou d’instrumentaliser le religieux par le politique. La laïcité suppose un équilibre entre les 3 aspects mentionnés et il importe aux citoyens de le rappeler à temps et à contre temps face aux autorités politiques, administratives, religieuses ou autres qui réduiraient la laïcité à un seul de ses aspects, ou pire, qui masqueraient du beau nom de laïcité leurs peurs, leurs intolérances, leur fermeture au pluralisme.


1 Sondage CSA-CNAL, février 2005.